Equateur : nouvelles encourageantes

Pachanillay et Utuñag, deux petites communes de la Cordillère des Andes en Equateur sont soutenues par le comité du Mans depuis les années 2000. C’est à la suite d’une des violentes éruptions du volcan Tungurahua ayant détruit les cultures et décimé le bétail qu’elles avaient sollicité l’aide de LACIM par l’intermédiaire du C.E.A.S (Centre d’Etudes et d’Action Sociale) de Riobamba.

Implantées à 3000 m d’altitude, chacune dans une vallée isolée du canton de Penipe, province de Chimborazo, les populations de ces communes ont la vie rude. Cependant, toutes les familles bénéficiaires du jumelage, c'est-à-dire la majorité de la population dans chaque commune, environ 20 familles, sont très courageuses et très reconnaissantes envers LACIM et le C.E.A.S pour l’aide apportée.

Aidées par Ana et Ernesto, responsables des projets de ces jumelages au sein du C.E.A.S, ces deux communautés continuent à aller de l’avant malgré les difficultés et le réveil fréquent du Tungurahua qui anéantit parfois leurs efforts. La dernière éruption importante date de février 2016 et avant, il y avait eu celles de 1999 et 2006 aussi très violentes.

Les populations essaient, toujours avec les conseils d’Ernesto et d’Ana, de diversifier leurs activités afin de parvenir un jour à être autonomes.

Monique, autre membre du comité du Mans et moi-même, sommes allées leur rendre visite à deux reprises et ces rencontres ont été empreintes de beaucoup d’émotion. Nous avons pu constater les efforts et le travail réalisés, et aussi à quel point Ernesto et Ana, les amis du C.E.A.S étaient appréciés dans les deux lieux. Ils donnent des cours théoriques et pratiques sur les différentes activités, leurs conseils sont précieux et ils font preuve d’une grande abnégation. De plus, ils ne manquent pas de nous envoyer régulièrement des comptes-rendus du travail effectué au cours de l’année.

Dans le dernier rapport d’activités, activités semblables dans les deux vallées à peu de choses près, nous avons pu voir que la culture des mûres qui démarrait tout juste lors de notre dernière visite s’est bien développée, et la vente de ces fruits très prisés sur le marché de Riobamba, la « capitale » de la région, permet un revenu appréciable.

En 2016, avec l’argent envoyé par le groupe LACIM du Mans, 18 poussins ont été achetés et remis par Ernesto et Ana à chaque famille bénéficiaire du projet. Ils ont été revendus une fois engraissés au bout de 12 semaines. L’argent ainsi obtenu a servi à créer le « Fond de Semence » qui permet d’octroyer des crédits à taux très bas aux bénéficiaires qui en ont besoin.

Ernesto et Ana organisent aussi des réunions au cours desquelles il est décidé des activités futures. Ainsi, il est prévu d’acquérir des poules pondeuses et de vendre les oeufs afin de continuer à alimenter le Fond.

Villageoise de Pachanillay

Villageoise de Pachanillay avec sa récolte de mûres

L’élevage des cochons d’Inde, plat apprécié en Equateur, se poursuit aussi. Les bâtiments qui abritent ces animaux ont été améliorés et des mâles d’une race péruvienne ont été achetés et remis aux bénéficiaires afin d’améliorer la reproduction. Une herbe fourragère, la marafalfa, de meilleure qualité que celle utilisée précédemment a été semée près des maisons à l’intention de ces animaux.

Ces deux communautés méritent nos félicitations. C’est encourageant tant pour LACIM que pour le C.E.A.S. de voir que l’aide apportée est si bien utilisée.

Félicitations aussi et un grand merci aux amis du CEAS qui relaient avec une grande efficacité l’aide apportée par LACIM. Depuis Riobamba, par des pistes parfois difficilement praticables, ils n’hésitent pas à multiplier les déplacements vers les populations pour des conseils et des travaux pratiques ; de plus les visiteurs de passage sont accueillis très chaleureusement et « pilotés » amicalement, soit vers les jumeaux soit pour découvrir la région.

Nadette Jean, comité du Mans (72)