Comité de St CYR au Mont d’Or

La tribu primitive de Birhor : aspect culturel et historique

Le gouvernement indien a identifié 75 tribus, dans tout le pays, comme étant primitives : Birhor est l’un des groupes dont on peut retracer l’origine au Jharkhand et qui est installé depuis des siècles dans différents endroits de l’état. Birhor, au Jharkhand appartient au groupe austro-asiatique. Le mot Birhor est formé de deux termes Mundari : »bir » signifie la » forêt « tandis que « hor » veut dire « homme ». Birhor veut donc dire « homme de la forêt » ou « les hommes qui vivent dans la forêt ». Il est intéressant de noter que la tribu Birhor du Jharkhand se considère comme descendants du soleil. Les Birhors, d’après certaines croyances, seraient apparentés à la tribu Kharwar, que l’on dit aussi descendre du soleil. La colonie Birhor est connue sous le nom de Tanda, qui se compose d’une douzaine de huttes. Ces huttes sont de forme conique, composées de feuilles et de branchages. Les habitants sédentaires ont construits des maisons aux murs de boue, bambou et bois, ou en tuiles faites à la main, dont ils ont appris la fabrication par leurs voisins.

Naya Sawera Vikas Kendra (NSVK : pour le développement d’un jour nouveau)

Depuis 1999, NSVK travaille en vue de donner les moyens d’une certaine autonomie aux populations pauvres et marginalisées. Elle œuvre pour améliorer les conditions des laissés-pour-compte. NSVK est à l’origine de plusieurs initiatives pour tenir compte du contexte socio-économique en continuelle évolution et rester pertinent. : elle travaille directement avec les communautés. NSVK est une organisation en lien direct avec les peuples et se réclamant de l’approche gandhienne d’actions non-violentes pour la justice et le contrôle des peuplades sur leurs moyens d’existence. Elle prône aussi des formes collectives de coopération, une initiative qui favorise la progression en aidant des communautés en retard de développement, au sein d’une structure collective. Le but premier était de faciliter les actions contre un déni constant des droits de l’homme, de la dignité, de la participation et de la justice et de donner un espace et une opportunité aux populations pauvres et marginalisées. L’accord est basé sur les principes de démocratie, de fonctionnement démocratique, de décentralisation, de transfert de pouvoirs, de fonctions et de prise de décisions pour maintenir la confiance.

 

Les familles de Birhor passaient leur temps à arpenter la forêt avec leurs enfants. C’est alors que NSVK décida d’ouvrir une école pour les enfants. Il y a environ 62 élèves, âgés de 5 à 12 ans dans l’école. Tous les élèves appartiennent au groupe tribal primitif de Birhor. Sur les 47 élèves, 27 sont des garçons et 20 des filles. Tous les élèves viennent de familles sans ressources et marginalisées. Venant de familles pauvres les élèves désirent ardemment accéder à une éducation primaire incluant la langue locale. Trois professeurs (deux hommes et une femme) M. Sunder Besra, , M. Gopal Matho et Mme Sarita Kumari donnent des cours aux 62 élèves avec beaucoup d’enthousiasme. On enseigne l’hindi, l’anglais, les maths et d’autres langues traditionnelles, particulièrement le Allchilli. L’école met aussi l’accent sur la pratique régulière de sports, tels le football et le tir-à-l’arc. Les enfants sont aussi formés à la poterie et aux méthodes d’agriculture. L’école tient aussi à protéger les valeurs traditionnelles et la culture locale, c’est pour cette raison que la langue et les coutumes locales sont enseignées.

Contact : Madeleine Lacour

madeleine.lacour@gmail.com

06.59.37.358.74