LACIM / TOUCY (89)

TOUCY

Petite ville commerçante de 2725 habitants, ville natale de Pierre LAROUSSE, connue pour ses marchés du samedi.

Notre comité LACIM existe depuis 1985.
Nous aidons actuellement 1 jumelage au Mali ,1 au Niger et 1 à Madagascar.


MARAKADOUGOU-SIRAKORO au MALI depuis 1985


NOS REALISATIONS:

Construction d’un puits et de 3 forages

Achat d’un moulin à Mil et plus tard un moulin à karité

Construction d’une maternité

Maintenant les femmes ont un suivi pré et post natal et la plupart accouchent à la maternité.
228 naissances en 2017

Construction d’une école : 3 classes en banko

Pour aider les familles à scolariser les filles, nous allouons une bourse pour celles-ci. En 5ème et 6ème années, les effectifs baissent beaucoup.

Un certain nombre d’enfants n’ont pas d’acte de naissance, aussi, nous participons pour moitié à cette régularisation : un acte de naissance: 10 euros

Banque de Céréales

En période de soudure (greniers vides et récoltes non faites) les familles n’ont plus de réserves. Elles peuvent venir chercher ce qui leur est nécessaire à la banque de céréales et à la récolte suivante rapporter la quantité de céréales empruntées + 20%

Jardin maraîcher

Les femmes cultivent des petits jardins qu’elles peuvent amender avec du compost afin d’améliorer le quotidien de la famille et de vendre le surplus au marché.

Foyers améliorés

Par la construction de foyers améliorés, une économie de temps et de bois évite la déforestation. Les foyers normaux demandent beaucoup de bois, avec la construction de foyers améliorés la consommation trouve réduite par 3 ou 4.


Projets communs avec TIESSAMABOUGOU – jumelé depuis 2011

Microcrédits

Le revenu des femmes en milieu villageois est très faible: 20€/an. Elles ont accès aux micro-crédits grâce à la banque d’épargne. La somme empruntée doit être remboursée dans les 4 à 6 mois avec un intérêt de 2%.

Elles peuvent emprunter pour acheter des graines pour le jardinage, pour la scolarité des enfants, l’aide aux soins, etc…

 

Alphabétisation des Femmes

Sur deux ans, des femmes volontaires ont suivi une formation d’alphabétisation selon la méthode REFLECT, intégrant l’apprentissage de la lecture en bambara , du calcul et des fondamentaux (poids et mesures, mesure du temps, notions d’hygiène, de nutrition, sevrage des enfants, vote, etc…

Témoignage: Je vois maintenant l’importance de l’éducation. Avant nous sevrions brusquement nos enfants , souvent ils mouraient. C’était comme si j’avais les yeux bandés et maintenant mes yeux se sont ouverts au monde. Avec cela on est sauvé.

Agriculture durable

Il est indispensable de fertiliser les terres stériles. Avec l’aide de GAE SAHEL, les agriculteurs volontaires apprennent à faire du compost, à construire des diguettes dans leurs champs pour lutter contre l’érosion.

Nous fournissons petit à petit un kit de base: brouettes, pics, pioches, râteaux et fourches aux agriculteurs désireux de creuser des fosses de compostage, car ils ne possèdent que la daba, outil pour labourer la terre.

A l’aide d’une charrette et d’un âne, le transport du compost se fait plus facilement:les charrettes servent à bien d’autres utilisations.

Témoignage: Avant ce projet AD, nous n’avions plus de terres fertiles pouvant nous nourrir. C’est pourquoi quand le projet est arrivé, j’ai bondi sur cette opportunité. J’ai utilisé le compost et les semences sélectionnées. Cette année j’ai produit 10 tonnes de céréales contre 2 à 3 tonnes avant. Etant convaincu de l’effet du compost et des semences sélectionnées, j’ai un regain d’espoir pour notre survie. Le chemin est clairement tracé, il s’agit pour nous d’agir pour nourrir paisiblement nos familles.

Depuis 2015, le village de Maragadoukou Sirakoro est devenu autonome, il n’a plus besoin de nous. Nous continuons par amitié à correspondre avec eux.


NOMA KOARA BERI au Niger depuis 2015

Dès 2015, 33 femmes se sont engagées à suivre les cours d’alphabétisation à raison de 3 heures par jour, six jours par semaine, pendant 5 mois, et cela pendant deux années.

En 2016

Remplacement de la pompe du forage de l’école et désemsablage. Aménagement de surface autour de celui-ci pour assurer la propreté du lieu.

Jeunes filles heureuses d’avoir de l’eau

Octobre 2018, achat d’ un moulin et d’ une décortiqueuse pour les femmes.

Le budget global du projet, bâtiment plus moulin, est d’environ 3600€ tout compris (avec la formation et tous les frais afférents à un projet)

Un bâtiment en dur a été construit pour l’abriter . Nous demandons une participation financière aux femmes. Chaque femme doit donner 5 000 F CFA. 2 500 F CFA pour participer à la réalisation du projet de moulin et 2500 F CFA qui sont mis sur un compte épargne ouvert au nom du comité de gestion. Le projet ne démarre que lorsque le compte épargne est ouvert avec l’argent sur le compte et lorsque le permanent à la liste des femmes (minimum 40) et les 2 500 F CFA versés par chaque femme.

2018: 2ème projet

Le projet d’agriculture durable a aussi été lancé : 2 hommes et 1 femme ont été formés, à eux au retour au village d’assurer la formation et le suivi des agriculteurs volontaires.

Cette année la pluviométrie a été bonne, les récoltes sont très bonnes, tant pour les hommes que pour les femmes, pour ceux qui ont bien réalisé le compost et suivi les consignes pour les dates de semis. Exemple d’une femme qui ne faisait que 2 à 3 sacs maximum d’arachide dans son champ et qui cette année avait déjà 10 sacs et n’avait pas fini la mise en sacs. Exemple aussi d’un homme qui auparavant récoltait 10 bottes de mil dans son champ et cette année a récolté 45 bottes. A noter qu’au-delà du nombre de bottes, il y a une grande différence entre les bottes de mil traditionnel et les bottes de mil issues des semences sélectionnées. Des épis plus grands et plus gros avec plus de grains, et des grains plus gros.

MANAKANA à Madagascar depuis 2017

La première priorité est la rénovation de l’école. Malheureusement, le cyclone AWA a pratiquement rasé celle-ci en janvier 2018 avant le commencement des travaux. Il faut donc reconstruire. Avant d’avoir les fonds nécessaires nous avons fait fabriqué 50 tables et bancs. Les voilà embarqués sur la pirogue pour être acheminés au village.

Une association locale protestante , devant la détresse de plus de 200 enfants, a fait construire 2 classes. Belle aubaine pour y stocker les tables. Maintenant c’est à nous de construire 3 classes pour pouvoir accueillir tous les enfants.
Le budget est de 7000 euros. Aidez-nous!

Nos priorités pour l’année 2019

Au MALI :
Construction d’un magasin pour stocker les céréales .

Au NIGER :
Alphabétisation des hommes et peut être formation d’un boulanger.

A MADAGASCAR :
Construction de l’école en dur: 3 classes